Gâteau oriental ultra facile et diététique

En bonne working mum débordée (comme toute maman j’imagine d’ailleurs, working ou non), ja n’ai plus trop le temps de pâtisser autant qu’avant depuis que Mini B est arrivée  (ou alors je me trouve des excuses? Non, avec la journée que je viens de passer, certainement pas 🙂 … à certains moments j’avais envie de me pendre… mais il paraît que c’est normal à l’approche des 2 ans? ). Du coup, dès que je tombe sur une recette simple et rapide, je suis preneuse.

Or, le 21 ce sera l’aid El Adha (fête religieuse musulmane qui marque la fin du pèlerinage) et même si celle-ci est surtout connue par le mega barbecue d’agneau et le couscous trois fois trop copieux pour les estomacs qui doivent les accueillir,  un bon oriental, accro au sucre, ne pourra pas passer cette fête sans un gâteau bien copieux lui aussi.

Du coup, quand ma belle-mère m’a montrée cette recette sur la chaîne YouTube de Samira TV, ça a fait tilt:

  • Des ingrédients simples
  • Un temps de préparation réduit
  • Pas de cuisson
  • Et surtout, surtout, surtout, j’ai immédiatement vu le potentiel pour un gâteau diététique, avec quelques modifications mineurs (NB: je m’intéresse beaucoup à la nutrition et en ce moment j’essaye de maigrir… essayer n’est pas réussir, n’est-ce pas?)

(Bon ok, il ressemble curieusement à une gousse d’ail mais ce n’est pas bien grave)

Je vous propose donc cette variante hyper simple et vraiment pauvre en sucres (comptez moins de 10 g de glucides par pièce de 60 g… je ne plaisante pas, j’ai fait le compte sur l’application FatSecret… oui, je suis une psychopathe de la nutrition 😉 )

Pour 11-12 pièces 

Ingrédients:

Pâte externe:

  • 400 g d’amandes en poudre
  • 50 a 60 g de stevia (en réalité je n’ai pas vraiment mesuré et j’ai jaugé au goût et vous pouvez mettre n’importe quel édulcorant mais les quantités diffèrent d’un édulcorant à un autre car ils sont plus ou moins denses ou si vous voulez « lourds »)
  • Un peu de vanille (liquide ou en poudre, peu importe)
  • Eau de rose (ou eau de fleur d’oranger)

Farce:

  • 50 g de pistaches grillées concassées (ou noisettes)
  • 100 g d’amandes grillées en poudre (ou noisettes)
  • Une c-à-s de sirop de coco (ou de stevia ou autre édulcorant à défaut)
  • Eau de rose (ou eau de fleur d’oranger, mais surtout la même que pour la première partie)

Décoration:

  • Du brillant alimentaire (J’ai pris de la poudre couleur argent Silikomart achetée sur Amazon, très bonne qualité, bien pigmentée. J’avais pris deux pots et finalement je n’en ai même pas utilisé un entier)
  • 11-12 noisettes grillées
  • Un peu de sirop de coco pour coller les noisettes (à défaut du miel, ça ne vas pas non plus plomber l’addition calorique du gâteau)

Préparation:

Mélangez tous les ingrédients de la pâte externe et mouillez-les avec de l’eau de rose ou de l’eau de fleur d’oranger jusqu’a obtenir une pâte qui se tienne légèrement collante (pour pouvoir former des boules et enrober la farce)

Mélangez tous les ingrédients de la farce et mouillez-les avec de l’eau de rose (ou eau de fleur d’oranger, attention juste à utiliser la même eau qu’avant). Il faut que la farce se tienne et forme des boules qui ne s’effritent pas .

Façonnez des boules de 15 g avec la farce et prélevez 40 à 45 g pour la pâte externe.

IMG-5902

Façonnez chaque gâteau en enrobant les boules de farce avec la pâte externe (comme sur la photo)

IMG-5911.JPG

Aplatissez légèrement les boules finales sur deux côtés opposés pour qu’elles tiennent sur une assiette sans bouger.

Roulez-les dans du brillant alimentaire argenté et tapotez pour éliminer l’excédent… et à moins de prendre une douche juste après, préparez-vous à briller de la tête aux pieds tout le reste de la soirée (j’adore mes mains sur la photo suivante, on dirait que je sors du Magicien d’Oz).

IMG-5914.JPG

IMG-5916.JPG

Formez un léger creux sur le dessus avec la pulpe du doigt (ce creux servira pour accueillir la noisette de décoration).

IMG-5918.JPG

A l’aide d’un couteau, creusez des sillons sur les côtés non aplatis de chaque gâteau. Procédez d’abord comme si vous vouliez couper la boule en quatre puis séparez chaque quart en deux. Il doit y avoir 8 traits au final. Faites en sorte que le sillon soit juste assez profond pour être visible et pour que les tranches de part et d’autre de chaque sillon soient un peu bombées mais pas trop profond non plus, il ne faudrait pas atteindre la farce (on parle d’un sillon d’un ou deux millimètres de profondeur).

Déposez une gouttelette de sirop de coco (ou de miel) dans le creux que vous avez formé juste près avoir roulé le gâteau dans le brillant et posez une noisette dessus.

IMG-5925.JPG

IMG-5928.JPG

Pour la finition, ajoutez un soupçon de brillant alimentaire sur le dessus de la noisette… et le tour est joué votre gâteau est prêt à être déguster!!!

IMG-5960

IMG-5944.JPG

Ne vous avais-je pas dit qu’il était vraiment facile?

Si vous voulez plus de détails sur le façonnage ou la recette originale, je vous mets le lien de la vidéo qui m’a inspirée (mais je vous préviens, elle est en arabe, n’hésitez donc pas à me demander le détail si vous préférez l’original bien calorique).

Par ailleurs, je sais que les ingrédients que je propose ne sont pas toujours faciles à trouver. Laissez-moi un commentaire si vous voulez avoir des billes à ce sujet ou tout simplement des variantes avec les ingrédients que vous avez à votre disposition.

Je vous laisse avec quelques photos supplémentaires et j’espère que je t’aurai aidée, toi, qui 24h avant l’Aid n’a toujours pas d’idée ni de temps (comme moi la plupart du temps, c’est juste que cette fois, j’ai de grosses réunions la veille et j’ai peur de ne pas réussir à tout boucler… ça plus le faite que j’ai ma belle-mère qui m’aide en ce moment à la maison et que grâce à elle je n’ai pas eu à faire la vaisselle samedi soir… So No judgement here!)

IMG-5954.JPG

IMG-5961

PS: Si c’étai à refaire, je ferais un gâteau un peu moins gros, peut-être avec des boules de farce de 10g et un enrobage de 30g.

Beautifully vôtre,

cropped-logo2.png

 

Cheesecake: la meilleure recette!!!

Si vous vous me suivez depuis un petit bout de temps, vous avez peut-être remarqué que j’avais changé deux trois choses à mes catégories. Il y avait deux raisons derrière cela:

  1. Le bazar, vraiment, qu’il y avait sur mon blog; je vous tire d’ailleurs mon chapeau car je ne sais pas comment vous faisiez pour vous retrouver dans tout ce fouillis
  2. L’envie de partager plus de choses avec vous. Vous aviez peut-être vu que je parlais déjà un peu de sport, que j’abordais un peu la maternité depuis la naissance de Mini B et que sur mon Instagram, il y avait pas mal de photos de mes réalisations culinaires. J’aime donc d’autres choses au-delà de la beauté, comme vous pouvez le lire ou le relie dans cet article (heureusement d’ailleurs). Et comme j’adore partager avec vous, ça aussi je veux le partager

Donc si j’ai bien bossé, le blog est aujourd’hui un peu plus facile en terme de navigation et j’en profite pour lancer la démarche en partageant avec vous MA RECETTE, THE RECIPE, THE CHEESECAKE!!!

cheesecake

C’est une recette qui a vraiment fait l’unanimité, je l’ai testée à de multiples occasions, passée à des amies, de la famille, faite chez mes parents, chez belle-maman, elle a toujours eu beaucoup de succès.

A la base, je l’avais trouvée dans un livre des éditions Marabout qui  s’appelle Un goûter à New York (je vous passerai la petite histoire qui raconte que le cheesecake est New Yorkais, n’est-ce pas?) et avec le temps, j’ai testé quelques variantes, je sais ce qui marche, ce que chaque changement peut apporter, par quoi vous pouvez remplacer quel ingrédient

C’est une recette basique de Cheesecake au citron et même Monsieur B qui normalement n’aime pas les gâteaux aux agrumes, en particulier le citron, adoooore cette recette.

Et très honnêtement, il faut le vouloir pour la rater.

Alors allons-y:

Ingrédients:

Biscuit

  • 180 g de spéculoos émiettés (370 g si vous voulez que votre biscuit remonte un peu sur les bords)
  • 90 g de beurre fondu
  • 20 g de sucre en poudre (sucre roux de préférence)

Crème au fromage

  • 540 g de Cream Cheese (idéalement Philadelphia)
  • 160 g de sucre en poudre
  • 1/2 c.à.c de de sel
  • 40 g de farine
  • Le jus et le zeste râpé d’un citron (vert de préférence)
  • 36 cl de crème fraîche entière (30% de matière grasse)
  • 5 œufs moyens
  • 1 jaune d’œuf
  • 1/2 c.à.c d’extrait de vanille

Glaçage (pour ma part, je ne l’ai fait qu’une fois, c’est pas mal mais pas forcément nécessaire)

  • 22.5 cl de crème fraîche
  • 2 c.à.s de sucre en poudre

Matériel

Moule rond de 22 cm, fond amovible.

 

Etapes de la recette

Biscuit

Préchauffer le four à 175°C.

Mélanger les biscuits émiettés, le sucre et le beurre fondu. Beurrer le moule puis tapisser son fond  (et éventuellement ses bords) de ce mélange. Il est important de bien tasser le biscuit soit avec le dos d’une cuillère, soit avec un verre.

Enfourner et laisser cuire 15 min (vous verrez, une bonne odeur de biscuit commence à se dégager)

Retirer le biscuit du four (réserver) et augmenter la température à 225°C.

Crème au fromage

Mélanger les ingrédients de la crème un à un dans l’ordre indiqué ci-dessus en fouettant jusqu’à obtention d’une crème lisse et homogène (bien vérifier avec une maryse qu’il ne reste pas de « fromage nature » collé au fond).

Verser le mélange sur le biscuit pré-cuit.

Enfourner et baisser immédiatement la température au minimum (ne pas aller au-dessus de 120°C).

Laisser cuire 1h15 à 1h30 environ. La crème doit bien monter (comme un gâteau qui gonflerait sous l’effet de la levure) et elle ne doit surtout pas colorer. Au final, elle sera ferme mais si vous bougez le moule elle tremblera légèrement au milieu (Vous pouvez ouvrir le four à ce stade sans crainte que ça ne retombe comme un soufflé, de toute façon, ça n’a pas vocation à rester gonflé, bien au contraire). Laisser refroidir le gâteau avant démoulage.

Glaçage

Fouetter la crème froide et le sucre et garnir le gâteau refroidi.

 

Et voici le résultat juste à la sortie du four:

cheesecake

Maintenant que la recette d’origine est donnée (pas vraiment, en fait, je n’ai pas résisté, je l’ai écrite avec mes mots et mes conseils), passons aux astuces:

  • La cuisson est clef pour la crème au fromage!!! Plus la température de votre four est basse, plus le gâteau sera crémeux (merci Christophe Michalak). Il ne doit surtout pas colorer (j’en sais quelque chose, au début il colorait sur les bords et il était plus sec)
  • Bien évidemment, si on baisse la température, on augmente la durée de cuisson. Mais de combien, me direz-vous? Et bien le gâteau doit bien se tenir, donc il commence à être ferme mais tout en restant un peu mou. Je dirais par expérience que quand il commence à blondir sur les bords de la crème, il est prêt. Et quand vous le sortirez, il doit être un peu « tremblotant », presque à la manière d’une crème brûlée (presque, j’ai dit). Dans tous les cas, et au risque de me répéter, c’est un gâteau qui ne doit absolument pas colorer sur le dessus sous peine d’être plus sec que votre pain de la veille
  • Pour obtenir un gâteau plus léger et plus « aérien », séparez les blancs des jaunes et montez les blancs en neige avant de les incorporer à la préparation juste avant de verser la crème au fromage dans le moule
  • N’oubliez surtout pas de beurrer votre moule, en particulier les bords, pour bien démouler le gâteau sans encombre à la fin
  • Justement en parlant de démoulage, il est de bon ton de passer un fin couteau d’office entre le biscuit sur les bords et le moule à manqué avant de démouler. D’ailleurs, passez le couteau dès la sortie du four même si vous ne démoulez pas la gâteau dans la foulée. Ça évitera au gâteau de se fissurer (enfin si on se fie à la photo ci-dessus, ce n’est plus de la fissure mais plutôt un cratère… que j’ai d’ailleurs très bien maquillé)

cheesecake

cheesecake

  • Pour un gâteau plus crémeux je remplace toute ou la moitié de la crème fraîche par du mascarpone

Regardez ce que ça donne une fois coupé (on voit presque le crémeux sur la photo… bon Ok, y a que moi qui le voit vu que je sais ce que ça donne en bouche)

cheesecake

  • Si vous n’avez pas de Philadelphia ou Cream Cheese sous la main, le remplaçant le plus adapté est le Saint Morêt, suivi par le Kiri (quoiqu’un peu trop salé donc vous devrez sucrer 10% de plus). Après si vous partez sur du fromage frais ou de la faisselle, ça fonctionne mais on perd tout le côté riche et crémeux et votre gâteau sera un peu plus sec, donc je vous le déconseille
  • Si vous habitez en Algérie, le meilleur biscuit pour le réussir c’est le Bimo (d’ailleurs, si j’en trouvais en France, je ne le ferais qu’avec Bimo)
  • Sinon, j’ai aussi testé en remplaçant le sucre par de la Stevia (même volume que le sucre), le Cream Cheese par du light, les biscuits par des biscuits pour diabétiques. Ça fonctionne, ce n’est clairement pas aussi bon que l’original mais si vous devez faire attention, c’est une façon de ne pas se priver totalement (mais je ne me permettrai pas de me substituer à votre médecin, bien évidemment)

On peut varier les plaisir en termes de décoration/topping:

  • Je l’ai déjà fait avec juste une chantilly à la poche à douille sur le dessus
  • J’ai également tenté le combo couche de chantilly + framboises fraîches (mon préféré)

cheesecake=

  • Mais aussi une compotée de fraises avec quelques pignons de pin pour un côté croquant

… mais il est tellement bon qu’il se déguste sans faim, même nature (ou avec un coulis de fruits rouges #yummy )

Vous savez tout maintenant sur l’une des recettes qui me caractérisent le plus (j’adore tout ce qui est gâteaux anglo-saxons d’ailleurs). J’espère que ça vous donnera envie de la tester et d’épater vos convives avec, d’autant qu’elle est franchement très facile (elle prend du temps et pas mal d’ingrédients, mais si vous optez pour la version classique, sans mes options, c’est simple comme bonjour).

Sucrément vôtre,

cropped-cropped-beautybeauty21.jpg